VO 🌍

« Queen and Slim », Melina Matsoukas

Queen & Slim | États-Unis, février 2020 | Drame

Réalisé par Melina Matsoukas avec Daniel Kaluuya, Jodie Turner-Smith, Bokeem Woodbine.

Résumé : Au retour d’un premier rendez-vous, un couple afro-américain se fait arrêter en voiture par la police. Alors que la situation dérape entrainant la mort du policier, le duo se retrouve en fuite à travers le pays.

Melina Matsoukas frappe fort pour son premier long métrage. Habituellement derrière la caméra pour la réalisation de clip vidéo comme Formation de Beyoncé, elle nous montre avec Queen & Slim que son engagement passe par un point de vue sensible et délicat.

Tout comme Moonlight réalisé en 2016 par Barry Jenkins qui suit avec délicatesse l’intimité de l’enfance à l’âge adulte, d’un afro-américain en quête d’identité sexuelle et sociale dans un environnement dicté par des codes d’hyper-masculinité. La caméra de Melina Matsoukas place son discours entre la poésie et l’émancipation.

Angela et Ernest ont des caractères opposés. Ils apprendront avec leurs différentes perceptions du monde, à créer un lien indéfectible qui donnera une force au mythe qu’ils provoquent malgré eux. Sans être traités comme de simples personnages en fuite, ils prennent à travers leur cavale une forme allégorique de liberté, de féminité, de lutte contre les injustices sociales… Ils sont donc observateurs et acteurs d’un système en pleine mutation. Le casting d’exception arrive à faire oublier les rares longueurs des scènes où les voix des personnages hors-champ sont suspendues dans le temps.

Véritable hommage à la musique Noire, la bande-originale de Roy Ayers à Lauryn Hill (qui a composé le titre Guarding the Gates pour le film) souligne avec modernité la traversée du sud des États-Unis.

Ce road-movie revisité n’est pas seulement l’histoire d’un couple en fuite. C’est la construction tragique d’un symbole qui fait écho aux problèmes de racisme et de jugement que subissent les afro-américains, car finalement, tout le film part de là. Une réalisation au message et à la lutte intemporelle dont la fin traduit une triste réalité. Cette nouvelle pépite du cinéma black US se veut féministe, sensuelle et tendre dans une Amérique prête à imploser.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s